Le Président de la République a décidé de tuer l’enseignement professionnel PUBLIC et LAÏQUE

Le Président de la République a décidé de tuer l'enseignement professionnel PUBLIC et LAÏQUE

Lors de ses vœux adressés au monde de l'Education et de la Culture, aujourd'hui, au Futuroscope à Chasseneuil-du-Poitou, le Président de la République a proposé entre autres de rendre obligatoire la formation en alternance en dernière année de CAP et de Bac Professionnel.

Il réitère ce qui pouvait paraître comme une ineptie et une méconnaissance de notre système. Il marque donc sa détermination à tuer froidement l'Enseignement Professionnel PUBLIC et LAÏQUE alors que la réforme de la voie professionnelle qui institue un parcours du CAP au BTS est à peine achevée et que les suppressions de postes l'impuissantent en partie. Il faut donc tuer ce qui fonctionne alors que l'alternance, plus encore en période de crise économique, est vouée à l'échec quand le monde de l'entreprise à d'autres objectifs que d'être remédiatrice de l'Education Nationale.

L'Enseignement Professionnel Public et Laïque est devenu la fierté de notre système éducatif. Il est la chance unique de succès pour un grand nombre de jeunes, plus encore ceux issus des classes populaires. Décidément « on » casse tout ce qui marche !

Notre choix est clair : combattre cette lubie, combattre cette volonté destructrice. Notre choix est fait : défendre l'enseignement professionnel public et laïque, soutenir tous ceux qui le défendent !

Notre choix est clair !
Nous demandons à être reçus en urgence à l'Elysée, à Matignon, au Ministère de l'Education Nationale. Nous allons nous adresser à tous les candidats à l'élection présidentielle.

Pour que vive l'Enseignement Professionnel Public et Laïque, le Snetaa-FO sera le rempart contre cette mise à mort programmée.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mouvement SIAT Polynésie française rentrée 2018 Personnels 2nd degré

Mouvement pour la Polynésie SIAT 2018

Mouvement Polynésie française rentrée 2018 enseignants 1er degré