Déclaration liminaire CAPL Contestation de l’appréciation final du Vice Recteur du 31 Janvier 2019


Déclaration liminaire CAPL Contestation de l’appréciation final du Vice Recteur du 31 Janvier 2019

Ce 31 janvier, jour d'examen des saisines en CAPL nous ramène au JORF n°0165 du 20 juillet 2018 Texte n°27- Arrêté du 17 juillet 2018 modifiant l’arrêté du 30 juin 2009 fixant les taux de promotion dans les corps des personnels enseignants, d’éducation et d’orientation du premier et du second degré relevant du ministre chargé de l’éducation nationale NOR: MENH1809938A dans lequel il est précisé le pourcentage de 17% des certifiés passant à la Hors Classe, pour les années 2018, 2019 et 2020, pour ne citer que les certifiés.

Nous nous interrogeons sur ce pourcentage dérisoire de passage à la Hors Classe et nous le dénonçons d'autant plus que les nouveaux critères d'évaluation fondent les avis émis par les chefs d’établissement et les inspecteurs sans aucune explication ni motivation des choix portant sur excellent ou à consolider. Nous notons aussi que les synthèses élogieuses des personnels de
direction et de l'inspection sont également en contradiction avec les avis de la grille d'évaluation, cela
au détriment des collègues.

Nous vous faisons part de 3 points critiques :
1/ le constat décevant de débuts de carrière ralentis, dont l'indice reste faible(INDICE 388 /salaire net
1415 euros) après 5 ans d'études, un concours difficile et une formation initiale des plus exigeantes,
ce qui nuit gravement à l'attractivité du métier.

2/ les « oubliés » du PPCR au 10ème et 11ème échelons qui ne bénéficient pas des rendez vous de
carrière et qui sont maintenus dans la durée de l'échelon de la nouvelle grille. Qu'en est il de la
reconnaissance envers ces collègues et de leur promouvabilité, constituant une cohorte âgée de 45
ans, 50 ans, voire plus ?

3/Nous déplorons aussi que l’appréciation au 9eme soit conservée de manière définitive jusqu’à la fin
du 11ème échelon, sans aucune possibilité de péréquation, ni d'inspection ultérieure susceptible
d'améliorer le bilan professionnel des enseignants.

Il s'agit d'une logique comptable qui ne permet pas la reconnaissance de la valeur des enseignants au
quotidien, ni leur investissement personnel qui dépasse de loin le professionnel. Cela conduit les
équipes pédagogiques au découragement, un état de détresse, à une désillusion certaine « car quoi
qu'on fasse, on n'y passera pas », et le sentiment de ne pas être compris, il y aura peu d'élus à la
hors classe, sans parler des professeurs proposés aux accélérations du 6eme et 8ème échelons.


Au regard des ces inégalités d'évaluation qui se fondent sur des croix sans justification dans une grille
d'évaluation théorique qui ne reflète pas notre investissement quotidien, le PPCR pour la FNEC FP
FO reste


la concurrence institutionnalisée entre les collègues,l’arbitraire érigé en règle contre le droit à une carrière complète permettant à tout personnel d’accéder à l’indice terminal de son corps.
Le PPCR apparaît pour ce qu’il est, un outil pour individualiser et allonger la carrière.Force Ouvrière s’est opposée au PPCR, laissant trop d'incertitude à l'accès au plus haut échelon du
grade pour chacun.

Pour Force Ouvrière, le PPCR est une régression qu’il faut combattre maintenant et qui en projection
impactera lourdement les retraites.


La FNEC FP-FO revendique :
Un ratio promus/promouvables qui permette une augmentation significative du nombre de promus
dans tous les corps

L’accès automatique à la hors classe dès trois ans dans le 11ème échelon l'abandon de la réforme PPCR, source d’arbitraire et de division entre les personnels.

Mais aussi nous restons fidèles à notre profession de foi ici en Polynésie française en réitérant nos
doléances qui seront rappelés à tous nos collègues militants et sympathisants et à chaque
commission :

-la mise en place d'une caisse complémentaire pour compenser la fin de l'ITR

Et en cette période cruciale de réforme du lycée

-la définition d'un projet numérique visible, efficace et opérationnel à l'échelle des collèges et
lycées

-la mise en place d'un CHCST dans l'Education en Polynésie française pour engager une
réelle concertation Etat/Pays/organisations syndicales afin de garantir le meilleur accueil des
élèves de Polynésie française et engager une réel accompagnement de la jeunesse à la
hauteur des ambitions que l'institution s'est fixée.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Mouvement 2019 - MAJ

Mouvement pour la Polynésie SIAT 2018